Elever des vers à soie
Ludique, pédagogique, facile

De l'oeuf au papillon,
une belle leçon de choses
pour les petits et les grands

 

Accueil

Un peu d'histoire

Le saviez-vous ?

Lancez-vous dans l'aventure

Ce qu'il faut savoir et avoir

Valise pédagogique

Pour commander

Photos

La FAQ

 

Le saviez-vous ?

Le ver à soie est la chenille du papillon Bombyx du mûrier, qui n'existe plus à l'état sauvage. Totalement domestiqué, il ne peut vivre sans l'intervention de l'homme.

Les œufs du ver à soie s'appellent communément "la graine". Autrefois, la dite graine pouvait être mise en incubation dans un lit, chauffé la nuit par ses occupant, et le jour, par des bouillottes !

L'art d'élever les vers à soie est la sériciculture.

Le petit nom occitan du ver à soie est "magnan" (le mangeur). C'est de là que vient le nom du bâtiment d'élevage : la magnanerie.

Au cours de sa vie qui dure environ 30 jours, le ver à soie changera 4 fois de peau (mues) et verra son poids multiplié par 10 000 ! A ce rythme, un nourrisson de 3 kg atteindrait un poids de 30 tonnes et mesurerait 12 mètres de haut !

Le ver à soie est très, très vorace et exclusif en matière d'alimentation : il ne se nourrit que de feuilles de mûrier. Le mûrier est un arbre et pas du tout une ronce du bord des chemins.

Si le châtaignier était appelé "l'arbre à pain", le mûrier était surnommé "l'arbre d'or", autant pour la couleur de son feuillage l'automne venu, mais parce que l'élevage du ver à soie a permis une amélioration des conditions de vie des paysans dans certaines régions du sud de la France jusqu'au début du 20ème siècle.

Le cocon dans lequel le ver à soie s'enferme pour se transformer en papillon est une véritable petite bobine qui peut atteindre 1,5 km de fil. A diamètre égal, ce fil de soie ets aussi résistant qu'un fil d'acier.

La couleur des cocons (blanc, jaune, doré, rose...) dépend de la variété des vers à soie élevés.

Un kilo de cocons donneront 200 g de fil et pour un kimono, il vous faudrait environ 3000 cocons.

Nos savants d'aujourd'hui (peut-être un peu fous) font des recherches pour modifier génétiquement le ver à soie afin de lui faire produire, en plus de la soie, entre autres, des médicaments et de la soie...d'araignée ! Celle-ci, en effet, présente des propriétés exceptionnelles de résistance et d'élasticité. Certains rêvent d'en faire des gilets pare-balle...